Conférence de Lou Forster

Mardi 21 mai à 18h30 à l'ESACM

CONFERENCE du cycle Danse contemporaine / panorama en six vues initié par Rémy Héritier :

Entre 1968 — acmé des mouvements sociaux et étudiants dans le monde — et 1985 — offensive néoconservatrice contre les arts sous l’administration de Ronald Reagan — New-York connaît une profonde transformation de la scène chorégraphique. En l’espace d’une décennie se développent de nouvelles formes d’improvisations dansées, les techniques somatiques infusent le champ de la danse contemporaine, des lieux d’enseignements agencent de manières inédites ces différentes pratiques, des espaces alternatifs sont investies pour partager le travail des chorégraphes, des théâtres accueillent et renouvelles les formes de production de ces œuvres.

C’est durant cette période qu’émerge une tendance de la danse post-moderne, souvent qualifié de minimale ou d’analytique, dont Lucinda Childs est l’une des principales représentantes. Comment cette forme de danse se rattache-t-elle aux mutations qui traversent la scène new-yorkaise durant cette décennie ? En quoi, le partage opéré entre improvisation et écriture chorégraphique, formalisme et engagement, minimalisme et critique institutionnelle manque-il les enjeux esthétiques et politiques de cette période ?
En se basant sur les archives de Lucinda Childs dont il a organisé en 2016 la première rétrospective au Centre national de la danse et à la galerie Thaddeus Ropac dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, Lou Forster reviendra sur les œuvres crées durant cette période de profond renouvellement des pratiques chorégraphiques.

Né en 1988, Lou Forster est historien de l’art et commissaire d’exposition. Ses recherches portent sur les relations entre pratiques graphiques, danse et art visuel. En 2016-2017, il a organisé Lucinda Childs, Nothing personal (1963-1989), la première rétrospective dédiée au travail de la chorégraphe au Centre national de la danse et à la galerie Thaddaeus Ropac dans le cadre du Festival d’Automne à Paris. La même année il participe à la documenta14 entant que curatorial assistant.

Depuis 2009, il développe avec Lénio Kaklea abd, un projet chorégraphique et curatorial se positionnant à l’intersection entre danse, recherche et théorie critique. Il collabore avec elle, sur projet Encyclopédie pratique qui a et sera présenté aux Laboratoires d’Aubervilliers, Far° Festival des arts, Passerelle — Centre d’art de Brest, Pact Zollverein — Essen, Le Quartz, Biennale Traversée — Poitiers, entre autres. Ils ont publié en 2017, Encyclopédie pratique, portrait d’Aubervilliers.

Depuis 2018, il est chargé de Recherche à l’Institut National d’Histoire de l’Art.