Melis Tezkan

Melis Tezkan est née à Istanbul en 1982 ; elle vit à Paris.  

Depuis 2006, sous le nom de biriken et en duo avec Okan Urun, elle met en scène des spectacles de théâtre dont elle fait également la scénographie, elle crée des performances, vidéos et fêtes. La posture du corps qui va et vient entre le personnage et le performeur, la dégénérescence, la discordance et la nostalgie du low-tech sont quelques-unes des couches que biriken utilise pour mettre en évidence la constitution ambiguë du présent.  

Parmi les lieux où biriken a présenté son travail : Festival Under The Radar au Théâtre La MAMA à New York, Festival De Keuze International au Théâtre Rotterdamse Schouwburg, Biennale de Sharjah, Theater Dortmund, Festival iDANS, Festival International de Théâtre d’Istanbul, Festival Jerk-Off à Paris,  Festival International de Cinéma d’Ankara, Stückemarket’11 au Théâtre de Heidelberg, Zorlu Performing Arts Center à Istanbul, Festival Instants Vidéo à Marseille, Festival Fragments au 104 à Paris, Montévidéo à Marseille, Musée Pera à Istanbul, Salt,  Théâtre Ouvert à Paris, … 

Parmi les projets de biriken : Redbull Festival – Ballroom Night (fête, 2019), For Rent (théâtre, 2019), Unplugged (installation et performance, 2018), Sanki Hiç Durmadi (vidéo-clip, 2018), This is the end, Beautiful friend (installation et performance, 2017), J’ai éteint mon coeur jusqu’à l’apocalypse (théâtre, 2016), La Nuit Juste Avant les Forêts (théâtre, 2015), Tatyana (théâtre, 2014), Kisses From Malmö (vidéo, 2013), Re: Fwd: Die in good Company (théâtre, 2012), Lick But Don’t Swallow! (théâtre, 2010), People as places as people (installation-performance, 2009), … 

En 2018 biriken a été nommé parmi les Future Greats du Magazine Art Review 

Par ailleurs Melis Tezkan met en espace des textes et expositions, réalise des performances et vidéo-clips, fait de la programmation pour des institutions d’art. Elle a collaboré à plusieurs reprises avec Nil Yalter pour créer des performances, film et expositions (« Untitled« , performance 2009 ; « La non performance » 2018, « With Nil », film 2019,..). Elle a été chargée de cours à Paris et à Istanbul, et a conduit des séminaires et ateliers  (spatial narratives, queer et féminisme comme outil artistique …). Elle a écrit une thèse de doctorat (Paris 3, 2012), publiée aux éditions L’Harmattan sous le titre de “Vidéo et identité”, dans laquelle il est question des déplacements géographiques, disciplinaires et psychiques. Elle a également collaboré avec Le Laboratoire d’Etudes de Genre et de Sexualité Paris 8 dans le cadre de leur projet « Migration, Sexualité et Genre » (2018 et 2019). 

www.biriken.com 

https://artreview.com/ar-jan-feb-2018-future-greats-biriken/