Conférence de Kaoutar Harchi, début d’une année de résidence à l’ESACM

Le mercredi 16 octobre à 18h30 à l'ESACM

Depuis 2011, l’ESACM accueille chaque année un.e écrivain.e en résidence, invité.e à travailler une semaine par mois au cœur de l’école d’art,  entouré.e par la communauté étudiante et enseignante.

Cette année, la sociologue et chercheure Kaoutar Harchi, rejoint l’ESACM, pour une résidence qui donnera lieu à des conférences, des lectures-performances, des ateliers d’écriture et des interventions pédagogiques.

Kaoutar Harchi est sociologue, chercheure associée au Cerlis (Centre de recherche sur les liens sociaux), Paris-Descartes / Paris III Sorbonne Nouvelle. Ses travaux portent sur les mondes de l’art et de la culture. Ainsi, sa thèse a porté sur l’étude des processus de valorisation des écrivains algériens de langue française, en France, en situation coloniale et postcoloniale, à partir des cas de Kateb Yacine, Assia Djebar, Rachid Boudjedra, Boualem Sansal et Kamel Daoud. À travers ce travail, Kaoutar Harchi a mis au jour l’économie des rapports sociaux de pouvoir et des formes individuelles de résistance au fondement de la négociation de la valeur littéraire, ainsi que le rapport que « la nation » entretient à la figure de « l’écrivain ». De ce travail, a été extrait l’ouvrage Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve (préf. Jean-Louis Fabiani, Fayard, 2016). Ouvrage qui paraîtra prochainement en anglais, aux Liverpool University Press.

Kaoutar Harchi a développé des recherches sur l’organisation inégalitaire des mondes de l’art en enseignant, parallèlement, au sein des universités suivantes : Sorbonne-Nouvelle, Sorbonne-Panthéon, Sciences Po, Paris, Sciences Po Reims, Université de Poitiers. Kaoutar Harchi a été, durant l’année 2018, Visiting Professor à l’Université de New-York / Institute of French Studies.

Par ailleurs, Kaoutar Harchi est autrice. Les romans Zone Cinglée (Sarbacane, 2009), L’Ampleur du saccage (Actes Sud, 2011) et À l’Origine notre père obscur (2014) portent sur la problématique féministe et interroge l’idéal de renversement de la société patriarcale. En 2016, Kaoutar Harchi a été lauréate de l’International Writing Program de l’Université de l’Iowa et en 2017 lauréate de la bourse Ecrivain de la Fondation Lagardère.

En 2018, Kaoutar Harchi a été faite Chevalière des Arts et des Lettres.

Photo © Renaud Monfourny