Enrico Floriddia

Mon travail se situe dans un déplacement.

Il négocie avec des images autant qu’avec la parole. Il les prend au sérieux, ils doute d’elles, parfois il se moque d’elles. Toutefois, les images résistent à ma volonté d’artiste, les mots se plient, s’usent – autant que nous en abusons.

Je m’intéresse aux héritages culturels, aux facteurs qui les construisent. Mon travail prend souvent la forme d’un regard critique envers les narrations qui les constituent. En creusant entre décolonisation, politiques culturelles et recherche archéologique, j’observe les mécanismes que les pouvoirs utilise pour créer des mythes nationaux.

Mon travail cause un trafic d’images fabriquées, de documents, de textes et figures trouvées qui se superposent sur ces mythes et – parfois – les érodent.

Né en Sicile en 1984.

études en architecture, lettres modernes et histoire de l’art à l’Università degli Studi di Catania, en Italie. En 2012 j’obtiens un diplôme en photographie à l’École Nationale Supérieure Louis-Lumière (énsll) en région parisienne.

Entre 2012 et 2016, responsable de l’atelier de photographie et édition à l’école Européenne Supérieure de l’Image (éesi) site de Poitiers. En 2017 j’enseigne la photographie à l’Université Paris VIII dans le Master Photographie et Art Contemporain.

En 2014 j’ai pris part au tour européen de la bibliothèque nomade dédiée à l’auto-édition photographique Zines of the zone. Participant aux programmes Trauma&Revival (Bozar, Pushkin, Fondazione Pistoletto, zkm, Bunkier Sztuki, kim?) et ENGAGE (Viafarini) en 2017. En 2018 , j’ai été chercheur au Kungl. Konsthögskolan à Stockholm dans le cadre de Decolonizing Architecture. Fondateur de la résidence bi- avec Jérôme de Vienne en 2018.

Actuellement chercheur à la Coopérative de recherche au sein de l’ESACM

Je suis artiste, chercheur, photographe, hébergeur, éditeur, archéologue. Surtout, je suis toujours étranger.