Alessandra Abruzzese

 

Ideosenhos

Je pensais à une nouvelle langue, dans une nouvelle forme plastique, son écriture propre, traduire l’intraduisible dans toute et aucune langue au même temps.
Je les raconte, mais ils n’ont pas besoin de moi. Il s’agit d’idéogrammes inventés qui viennent nous raconter à travers des dessins gravés sur du papier des idées, des histoires. Le sens de lecture viens du coin gauche inférieure et s’élève verticalement, les idéogrammes ne sont pas des lettres mais des mots, des fois un seul, des fois plusieurs, ça peut-être des notions, tout dépend du contexte.
Un lexique permet de déchiffrer les ideosenhos.

Ideosenhos, 2014
Extrait de l’édition Ideosenhos.
Gravure numérique sur papier 200g.

 

“Un texte sur un texte (son interprétation,son commentaire) et l’image d’un texte (peinture d’un livre, d’une lettre) peuvent-ils s’échanger ? Le texte fait-il image de celui qu’il interprète ?
L’image fait-elle texte sur le texte qu’elle aussi interprète ? {…}
C’est toujours en tension. il y a du tirage, de la traction : pour tout dire, du trait.
Ça tire et trace de part et d’autre d’une ligne invisible, non tracée,qui passe entre les deux sans passer nulle part.
Ça ne tire et trace peut être rien d’autre que cette ligne impalpable… De toutes façon, il ne s’agit pas ici et là des mêmes yeux : il y a ceux de l’esprit et ceux du corps.”

Sans commune mesure, L’oscillation distincte, Jean-Luc Nancy, extrait.