Conférence Philippe Mangeot

Une invitation du groupe de recherche des Exils

Philippe Mangeot enseigne la littérature. Il participe au milieu des années 90 à la fondation de la revueVacarme, qui a proposé pendant plus de vingt ans un espace d’expression et de réflexions aux croisements de la création, de la recherche en sciences humaines et sociales et de l’engagement politique. Cet intérêt pour les intrications entre l’éthique et de l’esthétique, la croyance en la construction d’une intelligence collective, Philippe Mangeot les éprouve quelques années plus tôt en rejoignant l’association de malades du sida, Act Up. C’est encore à plusieurs mains qu’il écrira le scénario du film120 battements par minutes retraçant ces années d’une lutte intime et médiatisée.

L’invitation faite par le programme de recherche Des Exils et plus particulièrement la conférence permettront de revenir sur ce parcours, sur ce qu’il peut nous éclairer aujourd’hui sur les liens possibles entre privé et politique, poétique et politique, affects et savoirs.

CONFÉRENCE / « Black to Détroit, un portrait géographique de la techno », par Alia Benabdellah

Le groupe de recherche Léviathan invite Alia Benabdellah :

La musique techno est née dans la communauté noire de Détroit aux États-Unis, au début des années 1980, d’une fusion entre le funk et les musiques électroniques européennes. Cette conférence s’intéresse à la ville de Détroit, à la communauté noire américaine de la plus grande ville noire des États-Unis et à ce style de musique électronique qui a rapidement obtenu une audience mondiale au point d’influencer de nombreuses musiques populaires contemporaines. Pourtant dans l’imaginaire collectif, la techno est peu associée à la communauté noire américaine. Parce qu’elle n’utilise que peu de codes classiquement à l’œuvre dans les musiques noires américaines et que la maîtrise des technologies est généralement perçue comme l’affaire de la communauté blanche occidentale, la techno semble être dans l’imaginaire collectif une musique plus blanche que noire. Est-ce pour cela que les amateurs situent son origine à Berlin plutôt qu’à Détroit ? Que signifie, au fond, cette méprise ? Nous reviendrons donc à Détroit, aux sources de la techno, pour comprendre ces contradictions, montrer la manière dont la techno est attachée à la ville et voir comment matière musicale et matière urbaine interagissent dans cette ville, marquée par le déclin économique et la ségrégation raciale sans que sa force créative ne semble céder.

Alia Benabdellah est titulaire d’un master de communication culturelle, et spécialiste de l’étude des musiques noires américaines. Doctorante en géographie humaine à l’université Bordeaux Montaigne sous la direction d’Yves Raibaud, elle travaille sur les racines noires de la techno de Détroit. Elle est intervenue dans plusieurs conférences aux États-Unis, au Canada et en France, et s’est rendue à de nombreuses reprises à Détroit où elle a entrepris un long travail de terrain, notamment grâce à une bourse Fulbright. Alia a contribué à plusieurs publications scientifiques et médiatiques comme le catalogue de la Biennale du Design de St Étienne, et celui de l’exposition Night Fever au musée Vitra. Entre matières sonores et matières urbaines, Alia nous invite dans un voyage musical où nous rendons visite aux racines de la musique techno.

CONFÉRENCE / « Figures / visages / portraits. Pour une éthique du regard » par Isis von Plato, philosophe

Conférence Figures / visages / portraits. Pour une éthique du regard

Isis von Plato, philosophe

Entre le contrôle des visages qu’implique les systèmes de reconnaissance faciale expérimentés de plus en plus en France à l’heure actuelle et l’absence du visage dans de nombreux rapports sociaux et économiques, des questions éthiques et esthétiques se posent : qu’est-ce qu’un visage dit de la personne qui le porte ? Qu’est-ce qu’il engage dans la relation à l’autre ? Cette réflexion est étayée par l’histoire du portrait, à la fois en peinture et en photographie.

Philosophe franco-allemande vivant à Arles, ayant soutenu une thèse de doctorat en philosophie à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne sur « Autonomie et réciprocité. Friedrich Schiller et l’éducation esthétique à l’époque des Lumières » sous la direction de Danièle Cohn, Isis von Plato est expérimentée d’une pensée à la croisée des arts, notamment arts plastiques et littérature. Active en tant que traductrice, elle vient de traduire John Berger, Portraits, une anthologie de textes à propos dartistes de lantiquité à nos jours (à paraître au printemps 2020 aux éditions de l’Ecarquillé) et Helmuth Plessner, De lanthropologie de lacteur (pour la HEAD de Genève, à paraître en 2020).

Image : Portrait de femme, Deuxième moitié du IIe siècle après J.-C. Bois de tilleul (Tilia sp., Tiliaceae), liant à base de cire. H. : 31 cm ; L. en bas : 18,8 cm ; L. en haut : 20 cm ; Ep. : 0,1-0,2 cm. Provenant peut-être de Thèbes. Paris, Musée du Louvre, N 2733.3© 2007 Musée du Louvre / Georges Poncet

CONFÉRENCE / Caroline Ibos et Éric Fassin

Le groupe de recherche Des Exils invite Caroline Ibos et Eric Fassin, enseignant·e·s-chercheur·e·s et membres du Laboratoire d’Etudes de Genre et de Sexualité (UMR LEGS-CNRS) Le laboratoire du LEGS regroupe et permet la collaboration de chercheur·e·s issu·e·s de nombreuses disciplines issues des humanités, des sciences sociales et des arts : «La question des constructions « genrées » et des rapports de sexe concerne d’une manière ou d’une autre l’ensemble des pratiques sociales et symboliques, publiques et privées, collectives et individuelles»

La conférence se déroulera sous la forme d’une conversation qui permettra à la fois de présenter les recherches récentes des deux invité·e·s, d’envisager les méthodes de collaboration entre les savoirs et la nécessité de penser à partir d’approches multiples et enfin de comprendre ce que les études de genre peuvent faire aux pratiques artistiques.

ÉVÈNEMENT / Installation-performance « This is the end, beautiful friend » par biriken (Melis Tezkan & Okan Urun)

Durée : 30 min

L’installation-performance This is the end, beautiful friend est le premier volet d’un diptyque sur le thème « vivre la science-fiction au présent » dont les titres sont empruntés à la chanson The End des Doors.

This is the end, beautiful friend est initialement produit par le projet hors-site d’Istanbul, BAHAR, de la 13e Biennale de Sharjah. Les musiques accompagnant la performance sont composées par Berk Çakmakçı et Berke Üstünkök.

biriken est un duo transdisciplinaire qui crée des performances scéniques, installations et vidéos. Depuis 2006, les travaux de Melis Tezkan et Okan Urun alternent entre des créations originales et des mises en scène de pièces d’auteurs variés. Le mot turc « biriken » qui veut dire « accumulé » en dit beaucoup sur leur fonctionnement : Dans leurs performances, le politique est dans la posture critique du corps qui va et vient entre le personnage et le performeur, l’intime et le social.

La dégénérescence et la discordance sont quelques-unes des couches scéniques utilisées pour mettre en évidence la constitution ambiguë du présent.

biriken a été nommé parmi les dix Future Greats 2018 par le Magazine Art Review.

Melis Tezkan est chercheure à l’ÉSACM.

ÉVÈNEMENT / Une master class avec Ali Essafi, réalisateur, et Seumboy Vrainom :€, artiste, pendant le Festival du court métrage

MASTER CLASS – Présentation du travail de
Ali Essafi et Seumboy Vrainom :€

 

Lundi 3 février de 13h30 à 15h, dans le Grand Atelier de l’ÉSACM

 

Gratuit et ouvert à tousDans le cadre du Festival du court métrage de Clermont-Ferrand, l’ÉSACM invite Ali Essafi, réalisateur, et documentariste, essayiste,et Seumboy Vrainom :€, artiste, à présenter leur travail dans le cadre d’une master class, qui mettra en évidence leur manière distincte de travailler à partir de la notion d’archive.Cette masterclass sera également introductive à un workshop qu’ils mèneront tout au long de la semaine avec des étudiant.e.s de l’ÉSACM.
  • Seumboy Vrainom :€ est un apprenti chamane numérique. Pur héritier de l’histoire coloniale française, il a grandi au Luth, une cité de région parisienne, au 13ème étage d’une tour, flottant dans le virtuel. Face à une difficulté à se réapproprier la terre, il s’est naturellement plongé dans l’espace numérique. « Je pratique la numéricosophie, une spiritualité qui propose de construire une cosmogonie incluant la dimension numérique de l’univers. Le but étant de pouvoir penser le poids politique de l’humain dans un dialogue avec des entités dont les performances techniques tendent à nous surpasser.» Tendu entre la singularité technologique et l’effondrement de la société thermo-industrielle, il milite pour une écologie décoloniale.
  • Né au Maroc, Ali Essafi étudie la psychologie en France et se dirige ensuite vers le cinéma documentaire et Art & Essai. En 1997, il réalise son premier film, Général, nous voilà! 1997 (1h), suivi de Le Silence des champs de betteraves, 1998, (54 min), Paris mois par moi, 1999 (26 min), Ouarzazate, 2001 (55 min), Al Jazira, les Arabes de 1424, 2002 (66 min), Le Blues des Shikhates, 2004 (57 min), Fuite, 2011 (29 min). En 2015, il réalise deux films : Le Cosmonaute (80 min) et Nos sombres années 70 (75 min). Obour al bab assabea (Crossing the Seventh Gate ou La Septième Porte), est son dernier film, présenté à la Berlinale et au Festival du Réel. De retour au Maroc, en 2003, il anime plusieurs ateliers d’écriture de film et milite pour la reconnaissance du cinéma documentaire, tout en conduisant des recherches sur les archives cinématographiques et l’histoire de l’image en Afrique du Nord. Ces recherches ont donné lieu à des créations de films et d’installations, comme Wanted, une commande de la 10ème Biennale de Sharjah; ainsi que l’installation Halaqat Nord-Africaines, qui a été montrée lors de la 11ème Biennale de Dakar.

Image 2 © Seumboy Vrainom :€, Légende noire – je t’aime, 2019

Conférence autour de l’exposition « CONTRE-HISTOIRES »

L’ÉSACM vous invite à une conférence autour de l’exposition «CONTRE-HISTOIRES» présentée jusqu’au 18 janvier à l’Hôtel Fontfreyde Centre Photographique, en présence de :

Pascal BEAUSSE, conservateur de la photographie au Centre national des arts plastiques (Cnap), fond à partir duquel cette exposition a été réalisée

Alexis CORDESSE, artiste exposé dans le cadre de l’exposition collective «CONTRE-HISTOIRES»

François Nicolas LARDY, chargé de programmation de l’Hôtel Fontfreyde Centre Photographique

Ensemble, ils reviendront sur les idées et principes qui ont conduit à la réalisation de cette exposition. François Nicolas LARDY proposera un éclairage sur le Centre Photographique Hôtel Fontfreyde. Pascal BEAUSSE reviendra sur le commissariat de l’exposition « CONTRE-HISTOIRES » et les collections du CNAP. Alexis CORDESSE présentera sa pratique photographique ainsi que ses récentes évolutions.

L’Hôtel Fontfreyde rassemble œuvres, installations, films documentaires et photographies, prêtés par le Fonds régional d’art contemporain Auvergne et le Centre national des arts plastiques, prenant à contre-pied les versions officielles de l’Histoire.

——————

« Sur cette exposition intitulée simplement Contre-Histoire, neuf visions singulières apportent un éclairage nouveau sur des situations géopolitiques connues de tous. On pourra découvrir de l’intérieur les réalités du conflit syrien grâce aux documentaires étonnamment libres, du collectif Abounaddara ; thème également abordé par le Libanais Ali Cherri. On pourra aussi revenir sur la situation au Moyen-Orient et de la Palestine, traitée avec humour ou ironie par Larissa Sansour et Taysir Batniji ; les manifestations avec Manuela Marques, dont la photo été reprise pour l’affiche de l’exposition, ou découvrir avec Édith Roux le sort funeste de la minorité Ouighours, dans la province autonome du Xinjiang.

Saluons enfin trois grands noms de la photographies exposés dans le monde entier : Michael Schmidt, dans une évocation de la chute du mur de Berlin ; Alexis Cordesse, qui apporte son témoignage sur le génocide au Rwanda ; et Jim Goldberg sur le thème de la migration. »

Plus d’infos sur https://clermont-ferrand.fr/agenda/contre-histoires

 

Une conférence-performance par l’humoriste burkinabé Moussa Petit Sergent

Mercredi 18 décembre à 18h30, l’ÉSACM accueillera une conférence-performance de l’humoriste burkinabé Moussa Petit Sergent. Une proposition de la Coopérative de recherche de l’ÉSACM, à l’occasion du lancement du premier cahier d’Epokä.

Moussa Ouedraogo est un acteur, humoriste et comédien burkinabé révélé au public en 2006 par la série télévisée «Petit Sergent». Lauréat de nombreux prix dont le Grand Prix National de l’Humour par le Ministère de la Culture du Burkina Faso en 2015, ou celui du meilleur humoriste africain à RFI Talents en 2017,  Moussa Petit Sergent a créé en 2018 le CAR, une programmation hebdomadaire de one-man-shows, de contes et de théâtre, dans un quartier populaire de Ouagadougou.  Avec le CAR, il a lancé la première édition du festival Rire en fête en novembre 2019, réunissant des artistes de Côte d’Ivoire, du Burkina Faso,  du Gabon et  de Suisse avec le parrainage du Montreux Comedy Festival.

À l’ÉSACM, Moussa Petit Sergent parlera du rôle du rire dans la société et abordera la pratique de la «parenté plaisanterie», une forme d’humour pratiquée en Afrique de l’Ouest entre familles ou ethnies ennemies qui, par la moquerie et le clash, apaise les tentions et rend possible la coexistence, sans nier les différences et les dissensus. L’artiste reviendra également sur son parcours et sur la réinvention du one-man-show par les artistes ivoiriens et burkinabés.

Cette conférence-performance est programmée à l’occasion du lancement du premier cahier d’Epokä, une publication émanant du programme de recherche « Figure de transition ». Ce programme questionne la façon dont l’exposition fait exister l’art, et, en particulier, l’impact de ce phénomène sur les artistes des Afriques. Epokä est une édition collaborative et évolutive dans laquelle, d’un cahier à l’autre, chaque texte peut être repris, commenté, élargi ou transformé.

Sur une invitation de Camille Varenne, Jacques Malgorn et J. Emil Sennewald, membres du groupe de recherche, la conférence-performance de Moussa Petit Sergent est pensée comme une réaction à cette première publication. Moussa Petit Sergent, interprétera, à sa façon, en français, la contribution de J. Emil Sennewald à Epokä, publiée en langue allemande.

Évènement gratuit et ouvert à tous.

Mercredi 18 décembre à 18h30, dans le Grand Atelier de l’ÉSACM

+ d’infos

Photo © Camille Varenne

Conférence de Jean-Charles Vergne, directeur du FRAC Auvergne

Le FRAC Auvergne a constitué en près de 35 ans une collection de 1000 oeuvres orientée vers le statut de l’image, croisant les histoires respectives de la peinture, de la photographie et de l’image mouvante, tant dans ses acquisitions que dans sa programmation qui aura permis d’accueillir les expositions de David Lynch, Luc Tuymans, David Claerbout, Gregory Crewdson, Abdelkader Benchamma, Denis Laget, Katharina Grosse, Gilles Aillaud, Raoul de Keyser… À raison de 25 expositions par an, le FRAC Auvergne aura permis à 120 000 visiteurs d’accéder gratuitement aux oeuvres de sa collection en 2019.

En 2020, des expositions personnelles seront consacrées à Agnès Geoffray (février-mai) et à Marc Bauer (octobre 2020-janvier 2021). De mai à septembre, une exposition collective intitulée « Le Mauvais Œil », réunira une vingtaine d’artistes autour du film de Clément Cogitore, The Evil Eye, avec lequel il remporta en 2018 le Prix Marcel Duchamp aux côtés du FRAC Auvergne.

À l’occasion d’une rencontre avec les étudiants, Jean-Charles Vergne, directeur du FRAC Auvergne, présentera les choix artistiques et les modes de fonctionnement de cette institution qui prépare son implantation, en 2021, dans le bâtiment de la Halle aux Blés, ancien site de l’École des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand.

Il développera également l’idée de l’art «comme cabane», de bâtir notre relation aux oeuvres comme la construction d’une cabane, évoquer plus généralement notre relation à l’art en partant de concepts tels que l’assentiment, la rencontre, le fait d’être «touché», la question de la croyance vis-à-vis des oeuvres, etc.

Jean-Charles Vergne est directeur du FRAC Auvergne (Fonds Régional d’Art Contemporain) depuis 1996, chargé de la collection du FRAC Auvergne et de la programmation. Il est membre de l’AICA (Association Internationale des Critiques d’Art).

Commissaire d’expositions et auteur, il a entre autres organisé des expositions monographiques et publié des livres consacrés à Luc Tuymans, Albert Oehlen, Richard Tuttle, Raoul de Keyser, David Lynch, Katharina Grosse, Eberhard Havekost, Denis Laget, Philippe Cognée, Gert&Uwe Tobias, Darren Almond, David Claerbout, Abdelkader Benchamma, Gregory Crewdson, Mireille Blanc, Cristof Yvoré, Agnès Geoffray, etc.

Il est coéditeur de la collection Beautés éditée par L’Atelier Contemporain (Dir. Eric Suchère, Camille Saint-Jacques).

Il a été membre de la commission d’acquisitions du Centre national des arts plastiques de 2008 à 2011.

En 2018, il a été le rapporteur de Clément Cogitore pour le Prix Marcel Duchamp qui lui a été attribué.

———————————————————–

+ INFOS PRATIQUES

Évènement public, entrée gratuite

Lundi 9 décembre à 18h30

Amphithéâtre de l’ÉSACM

Conférence HOT BODIES OF THE FUTURE! par Gérald Kurdian

Dans le cadre du cycle de conférences « Je ne suis pas féministe mais » proposé par l’ESACM.

Depuis 2017, Gérald Kurdian développe HOT BODIES OF THE FUTURE!, un cycle de recherches musicales et documentaires sur les formes alternatives de sexualité et les micro-politiques queer.
Dans ce cadre, il initie des performance collaboratives, HOT BODIES – CHOIR (des chorales dont les participant.e.s volontaires écrivent et chantent ensemble des manifestes pour les corps révolutionnaires du futur) ou HOT BODIES – CAMP (une collaboration avec des apprentis auto-mécaniciens autour de la transformation d’une épave de voiture en abri pour une communauté post-capitaliste), organise des soirées de clubbing intersectionnel,
A QUEER BALL FOR HOT BODIES OF THE FUTURE, sort des morceaux de musique électronique sous le nom de TAREK X et poursuis un travail de performance solo, HOT BODIES – STAND UP, où il raconte en musique et avec l’appui de photographies documentaires, ses expériences dans les scènes sex-positive.
À l’occasion de sa conférence à l’ESACM, il présentera un extrait de sa dernière pièce et proposera comme base de conversation publique les matériaux de la prochaine, THE MANY LIVES OF TAREK X.
—————–
Gérald Kurdian étudie les arts visuels à l’ENSAPC avant d’intégrer le post-diplôme Ex.e.r.ce 07 sous la direction de Mathilde Monnier et Xavier Le Roy. Ses concerts obliques sont depuis lors régulièrement présentés dans les contextes du spectacle vivant, des arts visuels et de la musique indépendante.
Vainqueur du prix Paris Jeunes Talents 09, et repéré par le Grand Zebrock et le FAIR 2010, son premier album sous le nom de This is the hello monster! est sélectionné parmi les meilleurs albums de l’année 2010 du quotidien Libération. En 2016, il sort un EP, Icosaèdre, réalisé par le musicien électronique Chapelier Fou.

Photo © Gérald Kurdian