Un workshop « Chœur de costumes », pour préparer la parade d’inauguration du FITE – Festival International des Textiles Extraordinaires

Cette semaine, une dizaine d’étudiant.e.s de l’ÉSACM participent au workshop « Chœur de costumes », accompagné.e.s par les artistes Justine Pannoux et Eddy Ekete, sur une proposition de Camille Varenne et Philippe Eydieu.
À partir de la mise en mouvement des corps, des costumes seront pensés, individuels, collectifs, un chœur de costumes. Le workshop se terminera par une parade qui cheminera jusqu’au musée Bargoin, pour l’inauguration du FITE-Festival International des Textiles Extra Ordinaires, mardi 22 septembre, à 18h30 ! (RDV devant l’ÉSACM)

« A successful failure », une performance sonore et collaborative en réseau

Samedi 2 mai, dans le cadre du labo Rainforest mené avec Gregoire Lauvin, les étudiant.e.s ont proposé une performance sonore live, confinée, et partagée en réseau, avec le soutien de Locus Sonus (PRIMS-CNRS, AMU, ESAAix).

Confiné.e.s chez eux, les participant.e.s du labo Rainforest s’adaptent à la situation. Sur le modèle des œuvres Rainforest de David Tudor et Public Supply de Max Neuhaus, ils se transmettent par internet un flux audio que chacun.e modifie à sa façon. L’œuvre produite, baptisée A Successful Failure, est le résultat de cet échange : un son passe ainsi par les espaces de confinement de chacun.e avant d’être proposé à l’écoute publique

La performance a également été diffusée dans le cadre du Soundcamp, un évènement annuel d’art sonore en streaming.

Réecouter la performance ici !

 

Une semaine d’ateliers techniques proposée aux étudiants, du 13 au 17 janvier.

Une semaine de workshops toutes promotions confondues, pour s’initier ou se perfectionner à des techniques spécifiques. 

Du 13 au 17 janvier, les étudiants de toutes les promotions étaient réunis autour d’une sélection d’ateliers. Ils avaient alors la possibilité de choisir entre plusieurs propositions, pour explorer des techniques inconnues, comme l’art de Pyssaka, technique de décoration d’œufs venue d’Ukraine, ou approfondir des techniques auxquelles certains étaient parfois déjà initiés comme la céramique, moulage, métal, bois, ou la 3D.

Ils ont profité de l’atelier bois avec Nicolas LAMIELLE et Ugolin ROUBY pour construire la totalité du mobilier de leur futur « lieu commun », un lieu de vie et de travail commun à toutes les promotions.

  • céramique avec Marc et Arlette SIMON
  • moulage avec Pierre IMBERTECHE
  • métal avec Schadrac AÏSSO
  • bois avec Nicolas LAMIELLE et Ugolin ROUBY
  • Pyssaka avec Igor KELTCHEWSKY
  • 3D avec Alix DESAUBLIAUX
  • son « Ableton live » avec Geoffrey VEYRINES
  • photo techniques anciennes avec Patrice DHUMES
  • encadrement avec Thierry CARRUSCA
  • vidéo post-production avec Matthieu DUSSOL
  • gravure pointe sèche avec Clara PULEIO
  • création d’instruments de musique éléctroniques avec Emmanuel PRESSELIN
  • design et développement web avec Sylvain HUGUET.

ÉVÈNEMENT / Une master class avec Ali Essafi, réalisateur, et Seumboy Vrainom :€, artiste, pendant le Festival du court métrage

MASTER CLASS – Présentation du travail de
Ali Essafi et Seumboy Vrainom :€

 

Lundi 3 février de 13h30 à 15h, dans le Grand Atelier de l’ÉSACM

 

Gratuit et ouvert à tousDans le cadre du Festival du court métrage de Clermont-Ferrand, l’ÉSACM invite Ali Essafi, réalisateur, et documentariste, essayiste,et Seumboy Vrainom :€, artiste, à présenter leur travail dans le cadre d’une master class, qui mettra en évidence leur manière distincte de travailler à partir de la notion d’archive.Cette masterclass sera également introductive à un workshop qu’ils mèneront tout au long de la semaine avec des étudiant.e.s de l’ÉSACM.
  • Seumboy Vrainom :€ est un apprenti chamane numérique. Pur héritier de l’histoire coloniale française, il a grandi au Luth, une cité de région parisienne, au 13ème étage d’une tour, flottant dans le virtuel. Face à une difficulté à se réapproprier la terre, il s’est naturellement plongé dans l’espace numérique. « Je pratique la numéricosophie, une spiritualité qui propose de construire une cosmogonie incluant la dimension numérique de l’univers. Le but étant de pouvoir penser le poids politique de l’humain dans un dialogue avec des entités dont les performances techniques tendent à nous surpasser.» Tendu entre la singularité technologique et l’effondrement de la société thermo-industrielle, il milite pour une écologie décoloniale.
  • Né au Maroc, Ali Essafi étudie la psychologie en France et se dirige ensuite vers le cinéma documentaire et Art & Essai. En 1997, il réalise son premier film, Général, nous voilà! 1997 (1h), suivi de Le Silence des champs de betteraves, 1998, (54 min), Paris mois par moi, 1999 (26 min), Ouarzazate, 2001 (55 min), Al Jazira, les Arabes de 1424, 2002 (66 min), Le Blues des Shikhates, 2004 (57 min), Fuite, 2011 (29 min). En 2015, il réalise deux films : Le Cosmonaute (80 min) et Nos sombres années 70 (75 min). Obour al bab assabea (Crossing the Seventh Gate ou La Septième Porte), est son dernier film, présenté à la Berlinale et au Festival du Réel. De retour au Maroc, en 2003, il anime plusieurs ateliers d’écriture de film et milite pour la reconnaissance du cinéma documentaire, tout en conduisant des recherches sur les archives cinématographiques et l’histoire de l’image en Afrique du Nord. Ces recherches ont donné lieu à des créations de films et d’installations, comme Wanted, une commande de la 10ème Biennale de Sharjah; ainsi que l’installation Halaqat Nord-Africaines, qui a été montrée lors de la 11ème Biennale de Dakar.

Image 2 © Seumboy Vrainom :€, Légende noire – je t’aime, 2019

 La semaine folle, 5 jours d’ateliers hors-norme

Tous les ans, pendant une semaine au mois de novembre, les 170 étudiant.e.s de l’école sont réuni.e.s autour d’une série d’ateliers originaux qui sortent de leurs champs de travail ou d’expérimentation habituels, encadrés par leurs enseignant.e.s ainsi que des intervenant.e.s invité.e.s. Yoga, chants traditionnels, ou encore montage d’une récupérathèque, 11 ateliers inattendus ont été proposés, du 12 au 15 novembre.

Cette année encore, une semaine d’effervescence a été proposée aux étudiant.e.s de la 1ère à la 5ème année, pour explorer, avec les outils et ressources de l’art contemporain, des disciplines très diverses, dans une ambiance festive. Ce temps pédagogique, émancipé de l’évaluation, permet aux étudiant.e.s de toutes les années de se mélanger, se rencontrer, autour d’une expérience.

RETOUR SUR LE PROGRAMME :

– Sauvages ! avec Thomas Ferrand, artiste-botaniste.

Les étudiant.e.s sont partis à la recherche des plantes comestibles sauvages des alentours. Ils ont découvert comment les utiliser, les cuisiner, exploiter leurs arômes, leur potentiel nutritif, et interrogé nos modes de consommation.

– Récupérathèques, avec Esther Coillet-Matillon, co-fondatrice de la Fédération des Récupérathèques.

Temps de réflexion et de travail avec les étudiant.e.s intéressé.e.s par la mise en place d’une récupérathèque à l’ESACM, visite des récupérathèques des écoles d’art de Lyon et Saint-Etienne, et discussion autour du modèle qu’il serait possible de proposer à Clermont-Ferrand.

– Biopic du 3ème type, avec Benjamin Valenza, artiste, et Benjamin Thorel, critique d’art et éditeur.

Imaginer la rencontre improbable de plusieurs figures de l’art – artistes, curateur.trice.s, ou autres personnalités – réelles ou fictionnelles, pour aboutir à la production d’une forme expérimentale de biopic, en proposant des dialogues, décors, costumes, jeux d’acteur.trice.s, bande son, shooting, etc.

– Yoga disco star, avec Yaïr Barelli, artiste-botaniste et metteur en scène.

Yoga, disco, parole, chant, lâcher prise et maîtrise, cet atelier proposait d’expérimenter des pratiques physiques de différentes natures, de l’introspectif à l’extravagance, en utilisant l’imaginaire et le langage comme outils.

– Sortie sur le volcan

Deux jours de marche, pour retrouver ou découvrir une sensation contemplative, une expérience physique, proposer aux étudiant.e.s de se recentrer.

– Souffler les alumettes,

Autour d’un geste simple, souffler une allumette, chaque étudiant.e sera invité.e à l’interprêter à sa manière, en imaginant un décor, une mise en scène. Ces propositions seront filmées bout à bout, à l’aide d’une caméra super 8, dans la lignée du cinéma amateur familial.

– Stargate, avec Chloé Bedet et Pierre-Olivier Dosquet, diplômé.e.s 2017 de l’ESACM et membres du collectif Somme Toute.

L’ÉSACM habite depuis 2016 un appartement dans la muraille de Chine, à Saint-Jacques, dont la déconstruction est programmée pour 2022. Vidée de ses habitants, elle présente des portes condamnées par des plaques de métal. Il s’agira d’explorer la notion de passage évoquée par ces portes, par des temps de vie dans cet appartement, qui peut devenir cantine, lieu de projection, atelier…

– Chants traditionnels et narration chantées, avec Clémence Cognet, violoniste, chanteuse et danseuse.

Une initiation au chant traditionnel, et à la narration chantée. Un travail sur l’écriture (ou la réécriture) de paroles sera proposé, perpétuant le renouvellement infini des chants de traditions orales.

– La scène ouverte à l’action, avec Santiago REYES, artiste.

Créer un plateau de présentation, un espace physique pour écrire ou improviser une scène où se joue les rapports de l’intime et du public.

– Souvenirs marquants, avec l’écrivaine Kaoutar Harchi.

Explorer le domaine de la mémoire et les traces du passé, identifier un souvenir persistant, et le matérialiser par un objet.

– À vos blasons, du mardi 12 au vendredi 15 novembre,

Chaque étudiant.e est invité.e à inventer, imprimer, et diffuser son propre blason sérigraphié.

Un workshop de Madeleine Aktypi, sur ce que peut être un mémoire en école d’art

Du 7 au 11 octobre, les étudiants ont suivi le workshop MMRIEOÉ, ÉEIORMM, ÉMIOREM, etc., un workshop-question de Madeleine Aktypi portant sur ce que peut être & surtout sur ce que peut (faire) faire un mémoire en école d’art

Dans le cadre de leur cursus, les étudiants se penchent sur la réalisation d’un mémoire, qui peut prendre des formes diverses. Ce workshop a consisté en 4 jours d’expérimentation et de réflexion collectives, accompagnées de rdv individuels. Il a proposé de chercher dans les processus artistiques l’imagination de ce qu’un mémoire peut être et (faire) faire pour chaque étudiant.e. Ces recherches à plusieurs ont pris la forme de lectures partagées, de conversations et de jeux performatifs. Ayant lieu au tout début de la 4e année, ce travail collectif et individuel vise à créer l’ambiance et l’élan nécessaires au lancement de l’élaboration des mémoires. Souvent (et non sans raison) perçus comme fastidieux et étrangers, ces derniers apparaissent comme des voisins complices plutôt que comme des concurrents du travail plastique. Ce workshop proposait alors d’explorer ce que peut être un mémoire, dans une école d’art.

Cette semaine de travail faisait écho à un précédent workshop, intitulé Mémoires, Oublis, Écritures, qui a eu lieu en octobre 2018 à l’ESACM.

Madeleine Aktypi est née à Athènes. Elle vit en France depuis la fin du siècle dernier. Actuellement elle vit et travaille en île de France et à Valence.

Poétesse, artiste et théoricienne des media, Madeleine Aktypi explore la lecture et l’écriture à travers des éditions multiples, des «lectures assistées», des pièces ou des plateformes numériques. Elle a performé à la Galerie Air de Paris, à l’Adresse du Printemps à Toulouse, aux Laboratoires d’Aubervilliers, etc. Ses dernières éditions papier sont fodd, fodder (2017, 2019), Dans le poil du sens (2019), I AM GOING TO SAY THIS TWICE (2019).

Elle a publié bog data, le travail en mutation – mèmes, différends et écosophie, éditions de la Cité du design, Saint-Etienne, 2016.

Elle élabore une thèse de création, intitulée «Surrounded poetry : écrire au milieu»  au département Litt&Arts de l’Université Grenoble Alpes.

Elle enseigne l’histoire de l’art et l’écriture à l’Ecole Supérieure d’Art et Design •Grenoble•Valence.

Venez découvrir l’exposition « Workshop en lycée pro » !

Vernissage le jeudi 2 mai à 11h30

Le projet Workshop en lycée pro réunit, pendant un workshop de 5 jours, des artistes diplômés de l’ESACM et des lycéens, pour travailler conjointement à la réalisation d’une pièce.

Cette rencontre pédagogique est l’occasion pour les jeunes lycéens de croiser leur savoir-faire avec la démarche d’un artiste et de se familiariser à l’art contemporain. Elle permet aux jeunes artistes de réaliser une œuvre au sein d’un établissement scolaire professionnel et technique de la région, en bénéficiant du regard et des compétences des lycéens et du personnel technique.

Les lycéens sont ainsi également invités, à la suite des ateliers, à visiter l’ESACM ainsi que le FRAC Auvergne.

EXPOSITION———————————

Cette année, venez découvrir les oeuvres des artistes :

Clélia Barthelon, Chlöé Bedet, Pierre-Olivier Dosquet, Marina Guyot, Sébastien Lacour, Emmy Ols, Corentin Massaux, et Valentine Traverse.

avec les élèves et les équipes techniques des établissements scolaires :

Lycée Professionnel Marie Laurencin (Riom)

Lycée Jean Monnet (Yzeure)

Lycée Charles et Adrien Dupuy (Le Puy-en-Velay)

Lycée La Fayette (Clermont-Ferrand)

Lycée Albert Einstein (Montluçon)

Ensemble scolaire La Salle (Clermont-Ferrand)

Lycée Louis Pasteur Marmilhat (Lempdes)

EREA de Lattre de Tassigny – Opme (Romagnat)

 

PRATIQUE——————–

Exposition du 2 au 10 mai 2019

Ouverture tous les jours de 10h à 19h (sauf samedis, dimanches, et jours fériés)

Gratuit, ouvert à tous.

Un projet fédérateur porté par le Rectorat de l’Académie de Clermont-Ferrand, la DRAC-Auvergne-Rhône-Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le FRAC Auvergne et l’ESACM.

 

Murano, un projet vidéo autour du dernier album de Jean-Louis Murat

Dans le cadre du nouveau projet musical de Jean-Louis Murat, l’agence clermontoise Biscuit Production s’est associée aux étudiants de l’Ecole Supérieure d’Art de Clermont Métropole, dans la collecte et la production de vidéos autour de la notion de «disparition» et de «désintégration».

Pendant une semaine, ils ont travaillé cette matière vidéo pour venir « habiller » la musique du dernier album du chanteur, Travaux sur la N89.

Venez découvrir la restitution de ce projet, sous la forme d’une installation vidéo, le mercredi 20 juin, à partir de 18h30, au 7 rue Barillot-Veuve-Coupelon, à Clermont-Ferrand.

Workshop Accrochage, une mise en espace collective, avec Alain Domagala

Du 22 au 25 mai 2018, Alain Domagala a proposé un workshop aux étudiants de 2ème année. Ce workshop Accrochage portait sur la mise en espace  collective des travaux d’étudiants dans leur atelier.

Étape après étape, du maquette à l’accrochage, de questionnements individuels en interrogations collectives, les étudiants ont appréhendé d’une manière nouvelle leur espace de travail.

La variété des médiums investis, tout comme les formats divers, leur ont permis de mettre en dialogue leurs différentes approches de la notion commune, « Transformation(s) », donnée en début d’année.

L’expérience de ce workshop, à cette étape du cursus, favorise la compréhension des enjeux de mise en espace.

Alain Domagala réside à Marseille où il a son atelier et travaille à l’école d’art Intercommunale de Digne-les-bains.

http://www.idbl.fr

http://documentsdartistes.org/artistes/domagala/repro.html