« Can you feel it ? Exploration des musiques afro-américaines, portées par de grandes dames du chant », conférence par Pierre Deruisseau

Dans le cadre du cycle de conférence  » Je ne suis pas féministe mais », Pierre Deruisseau proposera lundi 28 octobre à 18h30 une conférence intitulée « Can you feel it ? Exploration des musiques afro-américaines, portées par de grandes dames du chant. »

« La musique, nourriture pour l’esprit. (C’est ce qu’on dit) Passons donc un moment autour de toutes ces musiques afro-américaines – blues, gospel, jazz, R’N’B, soul, hip hop, funk…, autour de leurs vibes, leurs forces, leurs fonctions…

Car chaque style n’est pas juste du ‘bon son’ ou non. Ils nous touchent, nous nourrissent, agissent sur nous en un point chaque fois différent et assez précis. Ils soutiennent des points d’appui, aidant à faire face au monde !
Qu’en est-il alors quand une chanteuse interpelle les hommes ?
Sa verve prend le goût de la musique?
Sa posture est soutenue par le style?

Bienvenue pour une séance d’écoute interactive, explorant les feelings et postures dans les musiques afro-américaines!
Des chansons interrogeant les rapports hommes-femmes et le patriarcat, par toutes des grandes chanteuses de cette tradition musicale. »

> > Séance de 2 x 1h15, avec pause

Depuis dix ans, Pierre Deruisseau développe le programme Astrophonie – une exploration des espaces mythologiques présents dans les musiques afro-américaines.
Pochettes d’albums, costumes de scènes, paroles, clips vidéos,… d’anciens mythes affleurent ça et là, codés, dans des formes, de plus en plus futuristes. Une recherche passionnante et surprenante, transmise dans une forme vivante à la croisée du conte et de la séance d’écoute. (www.astrophonie.net)

Conférence de Kaoutar Harchi, début d’une année de résidence à l’ESACM

Depuis 2011, l’ESACM accueille chaque année un.e écrivain.e en résidence, invité.e à travailler une semaine par mois au cœur de l’école d’art,  avec la communauté étudiante et enseignante.

Cette année, la sociologue et écrivaine Kaoutar Harchi rejoint l’école pour une résidence qui donnera lieu à des conférences, des lectures-performances, des ateliers d’écriture et des interventions pédagogiques.

Kaoutar Harchi a publié plusieurs romans, comme Zone Cinglée (Sarbacane, 2009), L’Ampleur du saccage (Actes Sud, 2011) et À l’Origine notre père obscur (2014), qui soulèvent la problématique féministe et interrogent l’idéal de renversement de la société patriarcale. Ces récits sont nourris et traversés par les questions abordées dans les travaux de recherche qu’elle mène par ailleurs en tant que sociologue et chercheure associée au Cerlis (Centre de recherche sur les liens sociaux), Paris-Descartes / Paris III Sorbonne Nouvelle. Ses travaux scientifiques portent sur les mondes de l’art et de la culture. Elle a ainsi étudié les processus de valorisation des écrivains algériens de langue française, en France, en situation coloniale et postcoloniale, et a mis au jour l’économie des rapports sociaux de pouvoir et des formes individuelles de résistance au fondement de la négociation de la valeur littéraire, ainsi que le rapport que « la nation » entretient à la figure de « l’écrivain ». Ce travail a abouti à l’ouvrage Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve (Fayard, 2016). Kaoutar Harchi poursuit actuellement ses recherches sur l’organisation inégalitaire des mondes de l’art. Ces différentes questions seront développées pendant sa résidence à l’ESACM.

Elle a également enseigné au sein des universités suivantes : Sorbonne-Nouvelle, Sorbonne-Panthéon, Sciences Po, Paris, Sciences Po Reims, Université de Poitiers. Elle a été, durant l’année 2018, Visiting Professor à l’Université de New-York / Institute of French Studies.

Elle a été notamment lauréate de l’International Writing Program de l’Université de l’Iowa en 2016, et de la bourse Ecrivain de la Fondation Lagardère en 2017.

En 2018, elle a été faite Chevalière des Arts et des Lettres.

Elle donnera une conférence de présentation, mercredi 16 octobre à 18h30, dans l’amphithéâtre de l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole.

Photo © Renaud Monfourny

 

 

Journées d’étude « FRAPPER LE SOLEIL », Moby-Dick, violences, capitalisme

Proposées et organisées par le groupe de recherche Léviathan, co-dirigé par Cédric Loire et Sarah Ritter

Moby Dick ou le cachalot de Melville est le point de départ du groupe de recherche Léviathan. Utilisant le roman comme une carte aux tracés multiples, le groupe est parti écouter les échos du passage de la chasse mortelle à la baleine, notamment à Detroit, USA.

Le récit est au cœur de la journée d’étude, rythmée par des chapitres choisis de Moby-Dick. La violence, la domination, la résistance, le capitalisme, le calcul, autant de points qui se rejoignent pour nous dans notre expérience conjointe de Moby-Dick et de Detroit, et qui sont abordés par le prisme de la narration, de l’histoire, des histoires. «Frapper le soleil», comme le désir fou d’Achab, mais peut-être aussi de l’équipage – frapper le jour, au bénéfice des ténèbres. Le dépeçage commence.

——————————————————————————

PROGRAMME

Lundi 8 avril

18 h – «Vos yeux se refermeront à jamais puisqu’ils n’auront vécu que pour l’ombre», programmation de courts métrages par Clémentine Dramani-Issifou

  • L’Evangile du cochon créole de Michelange Quay – Fiction I 15mn I 2004
  • Atlantiques de Mati Diop – Documentaire expérimental | 16 mn | 2009
  • Gangster Backstage de Teboho Edkins – Essai documentaire I 37mn 2013
  • Black TV de Aldo Tambellini – Expérimental I10mn I1968
  • La lumière tombe de Soufiane Adel, 2019 – Expérimental I 9mn I 2019

Rencontres avec Soufiane Adel et Michelange Quay

Mardi 9 avril

9h – “Achab est Dieu, Ford est son prophète” : C.L.R. James, lecteur de Moby Dick, conférence de Matthieu Renault

Matthieu Renault est Maître de conférences en philosophie à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis,membre du Laboratoire d’études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie (LLCP). Il est l’auteur de : Frantz Fanon. De l’anticolonialisme à la critique postcoloniale (Éditions Amsterdam, 2011) ; L’Amérique de John Locke. L’expansion coloniale de la philosophie européenne (Paris : Éditions Amsterdam, 2014) ; C.L.R. James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir» (La Découverte, 2016) ; L’empire de la révolution. Lénine et les musulmans de Russie (Éditions Syllepse, 2017).

9h45 – Présentation de Fabienne Ballandras

Il s’agit, à travers la production d’une série de dessins muraux dont les images sources proviennent du film documentaire « Kiev en feu » sur le soulèvement populaire en Ukraine en 2013/2014, de présenter une des ramifications d’un projet plus vaste et multiforme (encore en cours) dont la colonne vertébrale est la réalisation d’une édition/bande dessinée, narration muette des différents événements de ces 3 mois de lutte urbaine.

10h15 – «Une plume invisible dessinait des lignes et des routes sur la carte crevassée de son front », conférence de Cédric Loire

Cédric Loire est docteur en Histoire de l’art, critique d’art, Enseignant et chercheur à l’Ecole Supérieure d’Art de Clermont Métropole, co-responsable du programme de recherche Léviathan.

11h – « Les doigts de pieds sont rares parmi les vétérans de la chambre à graisse », projection et conférence par Laurent Proux

Laurent Proux est né en 1980. Il est diplômé de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Lyon et de la Horschule Für Bildende Kunst Hamburg. Il est représenté par la galerie Semiose. Il enseigne à l’Institut Supérieur d’Art de Toulouse (ISdAT). Ses peinture et ses dessins de grands formats interrogent la représentation contemporaine et mythique du travail. En 2019, Laurent Proux obtient l’aide à la création et à la production du CNAP pour un voyage d’étude à New-York et Chicago.

11h45 –  « AAA dans le pan-spectacle », performance par Carine Klonowski et Anne-Sarah Huet

Le pan-spectacle prend la forme d’un rafraîchissement, servi par la grande influence x le grand sponsor : « Un vrai boost, activé et calculé en temps réel, par la fortune» d’après AAA dans le pan-spectacle, un texte de Anne-Sarah Huet, produit pour l’exposition SEDONA du Syndicat Magnifique (Victorine Grataloup, Anna Frera, Thomas Conchou et Carine Klonowski), La Villa du Parc, Annemasse, 2019.

13h30 –  « Sombre blancheur : la baleine miroir de la blanchité prédatrice », conférence par Elsa Dorlin

Professeure de philosophie à l’université Paris-8, Elsa Dorlin est spécialiste de l’histoire du sexisme, du racisme et des logiques de domination. Ses recherches portent sur les philosophies féministes, études sur le genre et les sexualités, mais aussi sur l’esclavage, le colonialisme et le postcolonialisme (histoire des idées, des luttes et des mouvements des diasporas noires, Black Feminism). Dans Se défendre : une philosophie de la violence publié en 2017, Elsa Dorlin donne à penser une généalogie de l’autodéfense, violence considérée comme illégitime des minorités qui de tout temps ont du lutter pour faire entendre leur voix ou même rester en vie. Violence illégitime de la défense de soi des opprimés qu’elle oppose à la légitime défense, réservée à une minorité dominante.

14h15 – « L’heure bleue », projection par Manon Pretto, vidéo, 25mn

14h45 – « Sans titre », projection par To’a Serin-Tuikalepa, diaporama, fiction, 7 min.

Un homme raconte l’arrivé d’un explorateur sur son île.

15h – « Contre », projection par Sarah Ritter

Ce diaporama suivra le fil de la lumière, de ses conditions (de production, d’usages, et de représentations) à travers Moby Dick, entre autres. Sarah Ritter est artiste, co-responsable du programme de recherche Léviathan.

15h30 – Table ronde

——————————————————————————

EN PARALLÈLE

«Écoute!»: Diffusion de l’ensemble des entretiens réalisés à Détroit, Clermont-Ferrand et Paris.

Fabienne Ballandras : dessins muraux

Kostia Jopeck : Text(e)ture (parlez de moi je m’en vais loin), impressions sur tissu, boucle video, 7’34’’, impressions 3D.

——————————————————————————

PRATIQUE

Gratuit – Ouvert à tous

École Supérieure d’Art de Clermont Métropole, 25 rue Kessler, 63000 Clermont-Ferrand

Conférence Marie-Antoinette Chiarenza « What do We Want to Keep? »

Dans le cadre du cycle de conférences «Je ne suis pas féministe mais » :

« What do We Want to Keep? »*

Aujourd’hui on voit tout le temps les dix premiers palmarès du classement des œuvres d’art les plus en vue et les plus chères dans le monde. Mais d’où viennent ces classements, comment ont-ils façonné un canon qui définit le statut singulier de l’artiste ? Sous le titre « What do We Want to Keep? »*, RELAX (chiarenza & hauser & co) a répondu à ces questions en fouillant dans la collection de la Graphische Sammlung ETH Zurich. L’ étude des images a commencé en proposant au personnel scientifique de la GRS d’utiliser d’autres filtres de recherche tel que : femmes et travail rémunéré, artistes femmes autoportraits.
Le résultat était une installation comprenant une vidéo, des œuvres sur papier, des dispositifs dans et des gravures de la collection. Du 29 août au 29 octobre 2018 l’espace d’exposition a été transformé en un espace d’étude pour la recherche, la lecture, le regard et le farniente.

Marie-Antoinette Chiarenza est artiste et co-fondatrice du groupe RELAX (chiarenza & hauser & co). Le groupe d’artistes se forme à Paris dans un squat en 1983 et travaille depuis sur des questions de valeurs, de richesses et d’économies sociales. Des slogans comme
« penser seule est criminel » ou « je suis une femme pourquoi pas vous ? » ou encore « you pay but you don’t agree with the price » sont régulièrement utilisés dans leurs installations et projets d’espace publique.
Marie-Antoinette Chiarenza intervient dans les institutions d’art depuis 1993 et enseigne depuis 2008 à la HEAD, Genève. RELAX est basé depuis 2002 à Zürich, leur site web :
www.relax-studios.ch

*« Que voulons-nous garder ? »

Conférence Nina Santes

Dans le cadre du cycle de conférences Danse contemporaine/Panorama en six vues initié par Rémy Héritier

«Je partirai de la figure du fantôme pour une tentative de présentation de mon parcours de danseuse et de ma démarche artistique. Je traverserai des lectures, extraits de films, chants et moments performatifs, qui exploreront l’idée d’un corps-médium, un corps traversé, depuis les figures qui me hantent jusqu’à l’élaboration d’un langage chorégraphique.
Suivant la piste des fantômes, je vous parlerai de mon prochain projet de création, République Zombie. République Zombie est initialement le titre d’un livre de Micha Berlisnki, retraçant ses années de vie en Haïti, et sa rencontre avec une juge dont la salle d’audience a dû traiter un «cas zombie». Il y a dans ce récit une dimension absurde, surréelle qui me frappe, dans l’entrechoc du monde juridique occidental et du monde occulte des zombies, et de ses sociétés secrètes oeuvrant pour le rétablissement d’une justice alternative.»

Issue de plusieurs générations d’artistes de la marionnette et du Théâtre Ambulant, Nina Santes a fait ses débuts sur scène en tant que marionnettiste. Depuis 2008 elle a collaboré en tant qu’interprète avec notamment Mylène Benoit, Myriam Gourfink, Catherine Contour, Pascal Rambert, Philippe Grandrieux, Herman Diephuis, Emmanuel Eggermont. Elle est l’auteure de pièces chorégraphiques et musicales, dont Désastre (2012), en collaboration avec le compositeur Kasper Toeplitz, Transmorphonema, un duo avec Daniel Linehan (Vif du Sujet SACD 2014), Self made man (2015), A leaf (2016) un duo avec Célia Gondol. En 2018, elle crée Hymen Hymne, actuellement en tournée. Elle est actuellement en phase de recherche pour le projet République Zombie, qui verra le jour début 2020.

En 2011, Nina Santes co-fonde l’association La Fronde avec le chorégraphe Kevin Jean. La Fronde est une tentative de créer un cadre coopératif et une façon de travailler en synergie. Parallèlement à un travail de création et de production, La Fronde propose des espaces de questionnement et d’échange autour des conditions de travail, et autour des principes éthiques de mutualisation, de partage, de solidarité. Nina Santes a reçu le Prix Nouveau Talent Chorégraphique 2018 SACD, elle sera Artiste Associée au CDCN Atelier de Paris – Carolyn Carlson, de 2019 à 2021.

Conférence Loïc Touzé

Dans le cadre du cycle de conférences Danse contemporaine / panorama en six vues, proposé par Rémy Héritier :

«Avec Je suis lent je raconte mon histoire avec la danse. Celle que j’ai traversée ces quarante dernières années. J’évoque les figures inspirantes qui constituent
la toile de fond de mon imaginaire. Cette histoire commence dans le temple de l’académisme du XIXème siècle aux côtés des fantômes du ballet.
Je bifurque ensuite sur des chemins tracés par les figures incontournables de la modernité et rejoins les chantres de la nouvelle danse au milieu des années 80. Je parcours plus tard les sentiers conceptuels que d’autres ont ouverts, je suis un copieur et je copie maladroitement, je me trompe, je rate, je recommence, je change de modèle, de motif, de terrain… je suis lent.
Depuis mes débuts, je m’aventure lentement vers la danse et j’ai appris à la reconnaître bien au-delà ou en deçà de ce qui la désigne.»

Loïc Touzé

Loïc Touzé est danseur et chorégraphe. Il développe aujourd’hui son activité dans le cadre de l’association ORO implantée à Nantes dans le lieu Honolulu. Il créé des pièces de danse, réalise des films, invite des artistes à présenter leur travail dans des contextes qu’il imagine avec une attention aigüe aux gestes et aux récits. Il est souvent invité à collaborer à des projets pour le théâtre contemporain, le nouveau cirque, la musique.
Il développe depuis plusieurs années avec l’artiste Mathieu Bouvier une recherche autour de la notion de « Figure ».
Il est maître de conférence associé à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes et est régulièrement invité dans des écoles d’art dramatique et d’art chorégraphique en France et dans le monde dont La Comédie de Saint-Etienne, le Théâtre National de Strasbourg et La Manufacture de Lausanne.

Prochaine date du cycle de conférences Danse contemporaine / panorama en six vues, proposé par Rémy Héritier :

Nina SANTES
≥ lundi 28 janvier à 18h30
Lou FORSTER
≥ lundi 11 février à 18h30

Crédit photo Cosimo Terlizzi

Conférence Adiaratou Diarrassouba

Dans le cadre du  cycle de conférences «Je ne suis pas féministe mais »

Adiaratou Diarrassouba est une journaliste basée à Paris. S’intéressant aux questions d’inclusivité, de représentation et de société en général, elle co-fonde avec la journaliste Dolores Bakèla la plateforme média et événementielle L’Afro le 31 octobre 2015. L’Afro organise des événements à Paris tous les deux mois dans le but de réunir des personnes connectées sur les réseaux sociaux ainsi que celles qui n’y sont pas, un moyen d’investir des lieux publics pour y aborder des questions de société.
L’Afro est également à l’origine du Fraîches Women festival dont la première édition, marrainée par la réalisatrice, pilier du hip hop et directrice artistique Leïla Sy, s’est tenue le 6 mai 2018 à La Marbrerie à Montreuil. Adiaratou expliquera pourquoi et comment a été organisé cet événement.

Autres conférences du programme « Je ne suis pas féministe mais » :

Nassira Hedjerassi
≥ lundi 10 décembre à 18h 30
M.A. Chiarenza
≥ mardi 19 mars à 18h 30

Présentation « Usages, formes et enjeux des Anachronismes »

Dans le cadre du colloque « À contretemps ? Usages et enjeux des anachronismes » du CELIS – Centre de recherches sur les Littératures et la Sociopoétique, la Coopérative de recherche de l’ESACM déploie quelques aspects de travaux en cours.

Une présentation qui aura lieu mardi 13 novembre à 18h30, dans le Grand Atelier de l’ESACM, par Samira GHOTBI (étudiante-chercheuse), Alexis GUILLIER (résident-chercheur), le groupe de recherche Léviathan, Sarah RITTER (chercheuse associée), Cédric LOIRE (enseignant- chercheur), et les étudiants de master participant au programme.

Retrouvez le programme complet du colloque ici.

Plus d’infos sur http://celis.uca.fr/spip.php?article1555

Conférence Myriam Gourfink

Dans le cadre du cycle de conférences « Danse contemporaine / Panorama en six vues » initié par Rémy Héritier.

Générer.

«La danse ce n’est pas du mouvement, c’est cette partition, cette passerelle immatérielle entre chorégraphe et interprète. »

Danseuse et chorégraphe née en 1968.

Les techniques respiratoires du yoga fondent la démarche de Myriam Gourfink. L’idée est de rechercher la nécessité intérieure qui mène au mouvement. Guidée par le souffle, l’organisation des appuis est extrêmement précise, la conscience de l’espace est fine. La danse se fait lente, épaisse, dans un temps continu. Cette connaissance du mouvement et de l’espace permet de concevoir des chorégraphies sans phase d’exploration en atelier. Grâce à ce qu‘elle subodore d’une situation dansée, nul besoin de se mouvoir pour ressentir la danse : Les sens et l’intellect la reconstituent sans avoir besoin de l’action. Ainsi, comme les musiciens, elle a développé une écriture symbolique pour composer l’univers géométrique et l’évolution poétique de la danse.

Ayant étudié la Labanotation avec Jacqueline Challet Haas, elle a entrepris à partir de ce système une recherche pour formaliser son propre langage de composition. Chaque chorégraphie invite l’interprète à être conscient de ses actes et de ce qui le traverse. Les partitions activent sa participation : il fait des choix, effectue des opérations, fait face à l’inattendu de l’écriture, à laquelle il répond instantanément.

Figure de proue de la recherche chorégraphique en France, mais également invitée par de nombreux festivals internationaux (Springdance à NYC, Künsten festival des arts à Bruxelles, Festival de La Bâtie à Genève, Festival Danças Na Cidade à Lisbonne, etc.) Myriam Gourfink a été artiste en résidence à l’IRCAM en 2004-2005 et au Fresnoy-studio national des arts contemporains en 2005-2006. De janvier 2008 à mars 2013 elle a dirigé le Programme de recherche et de composition chorégraphiques (PRCC) à la Fondation Royaumont. De 2012 à 2015 elle est artiste en résidence au Forum de Blanc-Mesnil. Elle a bénéficié d’une résidence à Micadanse à Paris en 2016, et en 2017-2018 d’une résidence de recherche au CND. En 2016 elle initie à la Manufacture, haute école de théâtre de Suisse romande à Lausanne, une recherche sur les processus de composition, qu’elle mène avec Yvane Chapuis directrice du département Recherche & Développement de l’école, et Julie Perrin, Maître de conférences à l’Université Paris 8.

Conférence Pauline Simon

Dans le cadre du cycle de conférence « Je ne suis pas féministe mais »

Pauline Simon est chorégraphe, performer, et chercheuse.

En 2018, elle prépare un master 2 à L’EHESS de Paris en section arts et langages.

«Nous commencerons par une conférence autour de l’histoire de la contraception masculine en France, et des problèmes qu’elle pose à l’institution et à la recherche médicale. Je proposerai ensuite de partager différentes approches du travail polymorphe que je mène autour de ce sujet : approche théorique à l’EHESS, pédagogique et militante, (planning familiaux, piratages en tous genres) et artistique (début de l’élaboration d’une performance). J’exposerai comment ces approches me permettent de faire se croiser des questions de genre, de langage, de législation, et de représentation omniprésentes dans le processus de travail, comment elles  m’amènent à inventer des modes de production/diffusion spécifiques, et une destination qui outrepasse le contexte de musée, ou d’un théâtre. »