« Proust lu – 123 h, 43 min, 51 s » de Véronique Aubouy

Proust lu, 123 heures, 43 min, 51 sec, un film de Véronique Aubouy

Projection intégrale non-stop du lundi 6 février, 18h, au samedi 11 février, 21h43
Lancement en présence de la cinéaste, lundi 6 février à 18h

Dans le cadre du 39e Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand, l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole présente le film de Véronique Aubouy, Proust lu, 123 h, 43 min, 51 s, projeté en continu, jour et nuit, pendant 5 jours.

Artiste et cinéaste, Véronique Aubouy construit une œuvre singulière fortement empreinte de littérature et de musique, où se croisent films de fictions et documentaires, mais aussi performances, photographies et installations vidéo. Depuis 1993, elle tourne Proust Lu, une lecture intégrale de l’œuvre de Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, par des personnes de tous milieux invitées au gré de rencontres et de voyages. Projet titanesque, le film, qui a été montré dans les musées sous forme d’installation (Grand Palais, Villa Médicis, Musée d’Art moderne de la Ville de Paris), dure à ce jour plus de 123 heures.

« Je fais lire À la recherche du temps perdu devant ma caméra depuis le 20 octobre 1993. C’est une action et une situation propre à ma vie. Tous les mots de La Recherche sont lus à voix haute devant ma caméra. Il faudra des dizaines d’années pour tous les enregistrer. Un engagement pour la vie. »

Entrée gratuite

Fin de partie, exposition des diplômés 2016

Fin de partie, exposition des diplômés 2016
Une pièce de théâtre en un acte et une exposition
du 6 au 28 octobre 2016

Avec : Antonin Berne, Amandine Capion, Agathe Chevrel, Coline Creuzot, Marta Cristini, Matthieu Dussol, Marine Joulie, Angélique Ollier, Clara Papon, Louise Porte, Clara Puleio
Sur une proposition de Philippe Eydieu, Alex Pou et Vassilis Salpistis

Le Marteau :
Une pièce de théâtre interprétée par onze jeunes artistes.
vendredi 23 septembre 2016, à 20h
Ferme de la Mhotte, 03210 Saint-Menoux

Le Clou :
Une exposition qui poursuit cette expérience scénique dans le Grand Atelier de l’ESACM
vernissage le mercredi 5 octobre 2016, à 18h30
ouverture du 6 au 28 octobre 2016

Comme chaque année, l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole présente dès la rentrée scolaire l’exposition des diplômés. En 2016, cette exposition réunit onze jeunes artistes ayant obtenu leur DNSEP grade master (diplôme national supérieur d’expression plastique) en juin. Cette année, le projet de l’exposition des diplômés se compose à la fois d’une pièce de théâtre et d’une exposition.

Sur une proposition de Philippe Eydieu (chargé des expositions à l’ESACM), d’Alex Pou et de Vassilis Salpsitis (professeurs à l’ESACM), ces jeunes artistes et leurs œuvres sont devenus les interprètes d’une pièce de théâtre dont l’histoire s’appuie sur le travail effectué lors de leur dernière année d’études. L’exposition dans le Grand Atelier de l’ESACM rend visible la pièce de théâtre ainsi que le travail artistique de chacun des jeunes artistes.

Comme le marteau et le clou, objets symboliques renvoyant aux deux personnages principaux de la pièce de Samuel Beckett Fin de partie, dont le projet tire son titre, cette pièce de théâtre et cette exposition formeront un ensemble indissociable.
Fin de partie évoque toute à la fois la fin d’une histoire, celle vécue communément à l’école par ces onze jeunes diplômés et celle d’un nouveau départ. Une nouvelle partie commence…

Un Film infini (le travail)

Exposition Un film infini (le travail),
Chapelle de l’ancien hôpital général de Clermont-Ferrand,
du 27 avril au 7 mai 2016

Pour cette exposition dans la Chapelle de l’Ancien Hôpital Général, les œuvres présentées ont été produites à partir des deux années de tournage dans les usines du Groupe Michelin à Clermont-Ferrand et à Shanghai.
Cette exposition conçue comme on penserait un film, agence, selon l’idée du montage cinématographique, des matériaux de différentes natures que le spectateur, par sa visite, peut agencer à sa guise. Dans ce lieu qu’est la chapelle, l’espace était divisé en quatre parties, un accueil proposant les archives du programme de recherche, un espace dédié aux éditions, un autre mettant à disposition des casques audio, et la salle de projection du film.

Workshop en lycée pro 2015-2016

Workshop en lycée pro – 2015/2016
du 28 avril au 10 mai 2016

Dans le cadre du projet fédérateur « Workshop en lycée pro », l’ESACM a accueilli les œuvres de :
Alexandre Paulus / Antoine Barrot / Armance Rougiron / Benoit Vidal / Emma Pavoni / Florent Poussineau / Marie-Camille Dodat / Myriam Urvoaz

Ces œuvres ont été réalisées dans le cadre d’un workshop d’une durée de 5 jours avec les élèves et les équipes pédagogiques et techniques des établissements suivants :

Ensemble Scolaire La Salle (Clermont-Ferrand)
Lycée Lafayette (Clermont-Ferrand)
BTP – CFA Haute-Loire
Lycée professionnel François Rabelais (Brassac-Les-Mines)
Lycée professionnel de la communication Saint-Géraud (Aurillac)
LPA Louis Mallet (Saint-Flour)
Lycée Charles et Adrien Dupuy (Le Puy-en-Velay)
Lycée Pierre-Joël Bonté (Riom)

Chantal Akerman – L’exposition d’un film

Chantal Akerman – L’exposition d’un film
du 8 au 13 février 2016

C’est dans le cadre du 38e Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand et sous la forme d’un hommage à Chantal Akerman que nous avons décidé de montrer son 3ème long métrage, Jeanne Dielman, 23, quai du Commerce 1080 Bruxelles.

Ce film sera projeté dans le Grand Atelier de l’ESACM. Cet espace n’est pas un cinéma mais un espace d’exposition qui sera, littéralement, traversé par le film. Ce dispositif tentera de rendre perceptible la manière dont Chantal Akerman a, par ailleurs, toujours pensé la question de l’image et de l’espace dans ses installations vidéos. Un film fleuve, solitaire, dont il sera possible de pénétrer l’espace temps si particulier à n’importe quel moment de la journée. Il n’y aura donc pas de séances mais une projection en boucle afin que l’espace singulier et cette temporalité permettent un autre point de vue sur le film.
Ce cinéma constamment articulé entre fiction et réalité, a toujours imprégné les artistes et les écoles d’art. L’école est donc heureuse de pouvoir accueillir cette œuvre et de la faire (re)découvrir au cœur des questions que partagent l’art et le cinéma.

Le secrétariat des écoutes spécial Chantal Akerman
En lien avec l’exposition nous avons invité « le secrétariat des écoutes ».
Ce projet est initié par François Marcelly, chercheur en résidence à l’ESACM pour l’année en cours et Camille Varenne, étudiant chercheur à l’ESACM également pour l’année en cours. Tous deux ont mis en place un secrétariat nomade invitant les passants à consulter des archives de toutes origines, artistes, penseurs, scientifiques… etc. Sur le modèle des radios libres, le binôme mettra à disposition du public des archives liées à la pensée et à la parole de Chantal Akerman.

Départs, exposition des diplômés 2015

Départs, exposition des diplômés 2015
du 30 septembre au 23 octobre 2015

Avec : Samira Ahmadi Ghotbi, Marie Astre, Antoine Barrot, Camille Brée, Marie-Camille Dodat, Rémy Drouard, Alexandre Paulus, Emma Pavoni, Florent Poussineau, Léa Puissant, Armance Rougiron, Jason Rouillot, Solène Simon, Marjolaine Turpin, Myriam Urvoaz, Camille Varenne, Benoit Vidal
et la participation de Margaux Chérasse

Accompagnés par un choix d’œuvres issues des collections privées de l’équipe de l’ESACM
Gaston Chaissac, Jean Dupuy, Richard Fauguet, Serge Hélias, Daniel Johnston, Sol LeWitt, Florendo Nanni, Patric Saytour, David Tremlett, Claude Viallat

Commissariat : Damien Airault
Régie : Colombe Marcasiano

Cette exposition a donné lieu à un site dédié aux diplômés 2015 : www.esacm-diplômés.fr

Les Apprentis #3


Les Apprentis #3
du 18 au 22 mai 2015
Forum des Carmes

Dans le cadre de son partenariat avec le groupe Michelin, l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole présente Les Apprentis #3, une exposition des travaux d’étudiants de master.

Avec : Margaux Cherasse, Coline Creuzot, Marie-Camille Dodat, Emma Pavoni, Léa Puissant, Jonathan Richard, Armance Rougiron

Depuis 2011, l’ESACM a mis en place un partenariat avec le groupe Michelin.

Celui-ci a pris et prend différentes formes. Il irrigue notamment l’un des axes de recherche de l’école : « les mondes du travail ». Un programme lié à cet axe de recherche a notamment donné lieu à l’exposition Les Voix des pistes qui s’est déroulée au mois de février 2014 sur le site de Cataroux. Cette année, ce partenariat se poursuit par d’autres biais et il était pour nous important d’amener une possible rencontre avec nos étudiants sur un autre site, avec d’autres modalités de fréquentations. Cette rencontre prend donc la forme d’un cycle d’expositions qui se dérouleront dans le forum des Carmes.

Les Apprentis #3 est le dernier volet d’une série de 3 exposition démarrée en janvier 2015. 
Ces expositions auront permis aux étudiants de 5ème année de présenter leur travail dans un contexte original, celui d’une entreprise. 

Pour cette 3ème exposition, les travaux de 7 des 20 étudiants inscrits en master sont présentés. 
Chacun à leur manière, par leurs acquis et leur singularité, ces étudiants développent une recherche personnelle qui les amène à côtoyer différents territoires, différents milieux pour en tirer un regard inédit.

Workshop en lycée pro 2014-2015

Workshop en lycée pro – 2014/2015
du 7 au 13 mai 2015

Dans le cadre du projet fédérateur « Workshop en lycée pro », l’ESACM a accueilli les œuvres de :
Claire Gonçalves, Hugo Livet, Louma Morelière, Leslie Parnal, Rémy Tardieu.

Ces œuvres ont été réalisées dans le cadre d’un workshop d’une durée de 5 jours avec les élèves et les équipes pédagogiques et techniques des établissements suivants :

Lycée Professionnel Marie Laurencin (Riom)
Lycée Professionnel Roger Claustres (Clermont-Ferrand)
Ensemble Scolaire Jean-Baptiste Se La Salle (Clermont-Ferrand)
Lycée d’Enseignement Adapté de Lattre de Tassigny (Romagnat)
Établissement Public Local d’Enseignement Agricole (Brioude-Bonnefont)

Les Apprentis #1

Exposition Les Apprentis #1
du 19 au 23 janvier 2015
Forum des Carmes

Dans le cadre de son partenariat avec le groupe Michelin, l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole présente, Les Apprentis #1, une exposition des travaux d’étudiants de master.

Avec : Antoine Barrot, Rémy Drouard, Samira Ghotbi Ahmadi, Solène Simon, Marjolaine Turpin, Myriam Urvoaz, Benoit Vidal

Depuis 2011, l’ESACM a mis en place un partenariat avec le groupe Michelin.
Celui-ci a pris et prend différentes formes. Il irrigue notamment l’un des axes de recherche de l’école : « les mondes du travail ». Un programme lié à cet axe de recherche a notamment donné lieu à l’exposition Les voix des pistes qui s’est déroulée au mois de février 2014 sur le site de Cataroux. Cette année, ce partenariat se poursuit par d’autres biais et il était pour nous important d’amener une possible rencontre avec nos étudiants sur un autre site, avec d’autres modalités de fréquentations. Cette rencontre prend donc la forme d’un cycle d’expositions qui se dérouleront dans le forum des Carmes.

Les Apprentis #1 est donc la 1ère exposition d’une série de 3 qui courront jusqu’au mois de juin 2015. Ces expositions mettront à l’honneur le travail des étudiants de 5ème Année qui passent cette année leur diplôme de fin d’étude.

Pour ce premier volet, les travaux de 7 des 22 étudiants inscrits en master sont présentés. Chacun à leur manière, par leurs acquis et leur singularité, ces étudiants développent une recherche personnelle qui les amène à côtoyer différents territoires, différents milieux pour en tirer un regard inédit.

 

Le Quatrième Mur, exposition des diplômés 2014

Le Quatrième Mur, exposition des diplômés 2014
du 1er au 31 octobre 2014

Avec : Alessandra Abruzzese, Charlène Bogani, Pierre Frulloni, Alice Jouhet, Claire Goncalves, Mélaine Guitton, Marina Guyot, Zohreh Haghir Zavareh, Tatiana Labat, Cédric Leclercq, Corentin Massaux, Louma Morelière, Alice Pouzet, Leslie Pranal, Caroline Romain, Rémy Tardieu
Commissariat : Guillaume Constantin

Cette année, le commissariat de l’exposition des diplômés a été confié à Guillaume Constantin, artiste dont la pratique interroge depuis une dizaine d’années les notions d’appropriation, de recyclage, de détournement et autres déplacements, transformations voire déformations. L’artiste a conçu un dispositif inédit avec les 16 jeunes artistes ayant obtenu leur DNSEP grade master en juin 2014. Outre l’exposition, une édition a été produite mettant à l’œuvre le parti pris scénographique et le travail de chaque artiste.

Le quatrième mur est une expression et un concept issus du théâtre. Il désigne un mur de l’espace scénique qui disparaît pour laisser le public devenir spectateur.  Dans ce cas, les acteurs continuent à jouer comme si ce mur invisible serait présent, les séparant des spectateurs. Ce concept de mise en scène, formulé par Denis Diderot et développé tout au long du XIXème siècle sera très questionné, voire même « brisé » à un moment donné par Bertold Brecht.
Cette question de point de vue au sens large hante la question scénographique, non seulement au théâtre mais aussi dans le cadre muséal et celui de l’exposition. Elle induit toutes les nuances qu’imposent la lisibilité des œuvres, leur rapport à l’espace, la présence du visiteur : son parcours, l’orientation du regard, de ses perceptions.

De murs invisibles, il en est aussi question dans l’espace d’exposition de l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole, un espace vitré, translucide qui n’en est presque plus un. Les coursives de part et d’autre de ce hall sont également vitrées et sont des espaces de déambulation. Elles s’offrent aussi à un regard extérieur au bâtiment lui-même. Des conditions spatiales induisant une réflexion forte à poser dans l’idée d’y insérer un ensemble de travaux de diplômes.
Sous forme d’un workshop d’une dizaine de jours, cette réflexion sera envisagée en un dialogue très rapproché avec les ex-étudiants de 5ème année tant dans l’interrogation des enjeux contenus dans leurs propositions que dans les possibilités et la fabrication de mises en espace.  Un exercice qui englobe toutes les problématiques afférentes à un commissariat d’une exposition collective ainsi qu’un des pans de la pratique artistique de Guillaume Constantin qui, telle ce « quatrième mur » invisible, vient se poser comme l’ossature et le soutènement d’un corpus d’œuvres mises sous verre.